Collection gratuite et virtuelle

Pour aider à améliorer le site, vous pouvez transmettre des cartes postales.
Scannez ainsi les documents dans une résolution maximum en JEPG de préférence.
Envoyez-les ensuite à l'adresse suivante : bsdjack@neuf.fr
Toutefois aucune réponse ne sera établie sur demande d'achat de cartes.
BONNE VISITE ET MERCI

Retour index

9 - SORCIERS OU SORCIÈRES !


La fin du XVIème siècle est particulièrement malheureuse. 

Il se répand une croyance selon laquelle Satan sous l’apparence d’un être humain, nommé le Houéran, cherche des adeptes partout, surtout les femmes afin d’accabler l’humanité de tous les maux. Une véritable épidémie cruelle de sorcellerie sévit alors en Lorraine et n’épargne pas les communes de Raon puis de La Neuveville. La cause, c’est la croyance générale de ce Diable, l’idée que l’esprit malin se mêle des affaires des humains pour le nuire. Partout sorciers et sorcières apparaissent recevant des instructions du démon. La peur collective hystérique pousse chacun à épier, surveiller et dénoncer son ou ses voisins. 

La chasse aux sorcières est donc organisée pour durer un siècle. Il n’y a qu’une peine : la mort mais par bûcher pour ceux impliqués. La procédure débute par l’emprisonnement et l’interrogation des gens de la communauté : commérages reflétant les peurs de l’époque. Ces dépositions auxquelles est confronté le «sorcier ou sorcière» par le tribunal, suffisent à mener les suspects au bûcher. La torture, les croisillons, les brodequins, l’épreuve de l’eau, les cordelettes arrachent des aveux ou aggravent le supplice. L’homme ou la femme prisonnier est déjà condamné. Souvent, victime elle-même de cette folie réunie, la sorcière ou sorcier dénoncés sont les premiers a proclamer qu’ils sont possédés du diable, une sorte de sadisme les poussent à s’accuser eux-mêmes. 


Les deux communes sont deux grandes pourvoyeuses de bûcher : 100 à Raon, 60 à La Neuveville. De 1608 à 1634 à Raon et La Neuveville, 46 personnes sont brûlées vive en place publique. L’épidémie s’aggrave en 1609, quatre sorciers sont brûlés à Raon, trois à La Neuveville et en 1616, dix huit périssent dans les deux communes, soit 18 mises à mort en une année pour un crime imaginaire. 

Cette crise de sorcellerie s’éteint au commencement du 18ème siècle et cesse réellement à l’entrée des français en Lorraine. Le bilan de ces années est catastrophique pour la communautés. Elle est anéantie par les coups conjugués de la guerre, de la famine, de l’épidémie puis des passages et quartiers d’hiver de diverses troupes. 

Ce n’est que vers 1697 que Raon débute une ère de prospérité après une période désastreuse. Le repeuplement est engagé faisant venir d’autres populations de régions diverses. Des travaux sont entrepris : routes, ponts permettant de retrouver un dynamisme commercial et artisanal. 


En 1766, les raonnais accueillent avec cérémonie le rattachement à la France. Le commerce se développe. La ville devient centre de vente du grain à la suite de quoi, un grenier à grain est construit en 1725 à proximité de l’Hôtel de Ville. Quatre foires annuelles sont organisées apportant de nombreux marchands de différentes régions. Parfois leur nombre est important qu’il n’y a même pas de place dans les cabarets pour les loger tous. Les activités du bois sont toujours florissantes et reste une des principales activités. De nombreuses autres professions sont recensées. La ville se reconstruit, les maisons s’alignent le long des voies redressées est déborde des remparts par endroits ruinés. Les rues sont pavés de pierre noire et plusieurs fontaines ou lavoirs sont installés dans la ville. Un ermitage composé de quatre feux (habitants) s’éleve à l’emplacement du hameau de Vézeval mais dépendent de la paroisse de Raon.



Noms des victimes de la chasse aux sorcières 
à 
Laneufville

(3 hommes et 14 femmes) :

- 1604 – Bernarde, femme Demenge BAILLI
- 1608 – Jeannon, femme Toussaint LE MAIRE
- 1609 – Sibille, femme Etienne PECHEUR
- 1609 – Jean Pierre SELLIAT et Jeannon son épouse
- 1610 – Franciatte, femme Nicolas CHARRIER
- 1610 – Georgeatte, femme Demange Jean CHOPAT
- 1615 – Georgeatte, femme Didier MAILLET
- 1615 – Fleuratte, femme Bastien DESBOEUFS
- 1615 – Jean JULLIAT
- 1616 – Jeannon, son épouse
- 1616 – Babon, femme Jean GIRARDIN le Vieux
- 1616 – Marguerite ? femme Jean MOIRON
- 1616 – Marguitte, femme George GERARDIN
- 1616 – Toussaine, femme Didier DAULPHIN
- 1616 – Didier MALLET


Autres pages : Accueil 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10