Collection gratuite et virtuelle

Pour aider à améliorer le site, vous pouvez transmettre des cartes postales.
Scannez ainsi les documents dans une résolution maximum en JEPG de préférence.
Envoyez-les ensuite à l'adresse suivante : bsdjack@neuf.fr
Toutefois aucune réponse ne sera établie sur demande d'achat de cartes.
BONNE VISITE ET MERCI

Retour index

3 - TOPONYMIE ET ETYMOLOGIE


C’est sous le nom de Rua qu’elle apparaît pour la première fois en 1140, dans un écrit relatant les territoires procédés par Moyenmoutier.
De forme latine puis étymologiquement Raon dérivé de Rua, Roua, Rava, Ravon, Rawon et Ravine signifie confluent de deux ruisseaux ou rivières. La Plaine rejoignant la Meurthe explique cette appellation et non par analogie dont le nom du duc Raoul a bâti la ville à l’origine. Cette explication incertaine reste du fait qu’après la guerre de Trente Ans, la population de Raon ayant quasiment disparu, le repeuplement de la localité s’effectue par d’autres gens de diverses provinces, ignorants tout sur l’histoire locale.

Initialement, le mot Étape n’est pas joint à Raon.
Le toponyme de la commune se fixe lentement au cours des siècles.
Tous les textes des 13ème au 15ème siècles citent le lieu sous le seul vocable de Raon avec son orthographe variable jusque 1670. Ce n’est qu’en fin du 15ème siècle mais non systématique, qu’il est ajouté à Raon le mot de La Tappe venant du bas latin : cabaret ou bureau de péage, n'est autre qu'une hôtellerie sur la route de Lorraine à l'Alsace comme il en existe un à Raon en 1441. Il est autrefois à Raon, un bureau fiscal ou tape, un bureau de douanes ou de contributions indirectes. A la Tape, il est perçu des droits sur les denrées , étoffes et marchandises notamment les vins.


L’étymologie du mot Étape s’appuie sur de curieux documents du Trésor des Chartes. Le nommé Jean d’AINVAUX, receveur de la Tappe de Raon, énumère des recettes faites à la dite Tappe pour les vins qui y sont passés (1478/1479) -Comptes de Raon, Travée 15, B.8141-. Somme payée à la reine Philippe De GUELDRES qui lui est assignée sur la Tappe de Raon –B.8143-. et somme payée au Chevaucheur de la Tappe pour certains voyages en Allemagne (1508/1509) -B.8179-. Compte DE HANUS de Dieuze, gouverneur de la Tappe de Raon (1512/1513)-B.8181-. 

Ainsi l’appellation primitive de Ravon se trouve qualifiée par l’existence du bureau de péage ; il est même dit : la Tappe de Ravon pour distinguer la localité des autres du même nom en y ajoutant la Tappe donc Raon où est le bureau de péage, Raon le bureau. 
Dans les actes publics, la ville est toujours spécifiée par son qualificatif. Ravon la Tappe que le vulgaire langage patois traduit « Rovon-let-tappe ». 

Mais lorsque ce vocable disparaît de la langue populaire, ne comprenant plus cette signification, l’article et le substantif sont réunis pour écrire Ravon la Tappe, Ravon Lettappe, Ravon l’Etappe et Raon l’Étape. L’étymologie passe pour rationnelle : Tappe et Étape. 

Mentionnons qu’au 18ème siècle, il est dénommé indifféremment la ville par Raon Latappe puis Raon l’Estappe pour finalement prendre l’appellation de Raon l’Étape jusqu’à ce jour.


Appellations différentes retrouvées dans les textes

Rua (1140)
Ravon (1242)
Rawon (1341)
Rauon & Rowon -en patois- (1289 à 1398)
Raon (1494)
Ravon La Tappe (1364 à 1711)
Raon La Tappe (1574)
Raon L’Estappe (17ème siècle)
Raon l’Étape (18ème siècle)

Autres pages : Accueil 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10